Vous êtes ici : Accueil > L'UMR > François Parcy, médaille d'argent 2022 du CNRS

Prix | Fait marquant

François Parcy, médaille d'argent 2022 du CNRS


Chaque année, le CNRS célèbre les chercheurs, ingénieurs et techniciens qui participent de manière exceptionnelle au dynamisme et à la renommée de l'institution. François Parcy, directeur de recherche en biologie végétale, spécialiste de la génétique moléculaire du développement des fleurs au Laboratoire physiologie cellulaire et végétale à l'irig, reçoit la médaille d'argent qui distingue des chercheurs et des chercheuses pour l’originalité, la qualité et l’importance de leurs travaux, reconnus sur le plan national et international.

Publié le 10 juin 2022
Les travaux de François Parcy contribuent à répondre à plusieurs questions fondamentales : d’où viennent les plantes à fleurs, et comment expliquer la réussite de leur colonisation de la Terre ? Les recherches de François parcy ont permis d’avancer dans la compréhension du processus de la morphogenèse florale et expliquer comment le facteur de transcription LEAFY contrôle la construction de la fleur en tant qu’organe. L’un de ses derniers travaux a permis de comprendre comment LEAFY façonne la forme du chou Romanesco en combinant modélisation mathématique et génétique végétale.

François Parcy est également lauréat de la médaille de bronze du CNRS en 2002 et du « Grand Prix Thématique » Roger-Jean et Chantal Gautheret de l'Académie française des sciences pour ses travaux sur les facteurs de transcription contrôlant les graines et le développement floral obtenu en 2010.
Après son entrée au CNRS en 1998 dans l’équipe de Jérôme Giraudat à l’Institut des sciences du végétal, il rejoint le laboratoire Physiologie cellulaire & végétale au CEA-Grenoble dans notre institut pour créer l'équipe « Régulateurs floraux : structure, fonction et évolution ». Avec son équipe, il étudie le développement des fleurs au niveau moléculaire en se focalisant sur la régulation de l’activité des gènes qui façonnent le bourgeon floral. Le développement de la fleur est utilisé comme un système modèle permettant de répondre aux questions générales telles que l'interaction entre les facteurs de transcription et les protéines de remodelage de la chromatine, la modélisation de la reconnaissance de séquences spécifiques d'ADN par les facteurs de transcription ou l'évolution des réseaux de régulation.

Haut de page