Vous êtes ici : Accueil > Photosynthesis > Équipe Photosynthesis

Détection et absorption de la lumière et métabolismes dérivés chez les organismes photosynthétiques

Équipe Photosynthesis

Publié le 27 avril 2019
Responsable

 Giovanni Finazzi
PhD, Directeur de recherche CNRS

Adresse - Contact

Laboratoire Physiologie Cellulaire & Végétale
CEA-Grenoble
17 avenue des Martyrs
38 054 Grenoble cedex 09
France
Tel : 33(0)4 38 78 41 84

Secrétariat :
Tiffany Guyonnet
Tel : 04 38 78 04 80
Fax : 04 38 78 50 91



Composition de l’équipe



Guillaume Allorent, 04 38 78 66 63, Post-doctorant (HFSP)
Fabien Chevalier, 04 38 78 34 84, Assistant ingénieur CNRS
Florence Courtois, 04 38 78 35 26, Maître de conférences, Université Grenoble Alpes
Gilles Curien, 04 38 78 66 63, Chercheur CNRS - Biographie
Davide Dal Bo, 04 38 78 35 26, Étudiant en thèse
Johan Decelle, 04 38 78 28 69, Chaire UGA - Biographie
Giovanni Finazzi, 04 38 78 41 84, Directeur de recherche CNRS - Biographie
Cécile Giustini, 04 38 78 35 26, Assistant-Ingénieur INRA
Erika Gugliermo, Étudiante en alternance
Michel Matringe, 04 38 78 41 84, Directeur de recherche INRA
Claire Seydoux, 33 (0)4 38 78 23 64, Étudiante en thèse
Clarisse Uwizeye, 33 (0)4 38 78 23 64, Étudiante en thèse

À propos de nous

L’équipe Lumière, photosynthèse et métabolisme (LPM) (créée en 2015) appartient au Laboratoire de Physiologie Cellulaire et Végétale de l’Institut de Recherche Interdisciplinaire (IRIG) du CEA Grenoble.
NOTRE PRINCIPAL OBJECTIF DE RECHERCHE est de comprendre les réponses adaptatives des phototrophes à différents modes de vie trophiques (phototrophie, mixotrophie, symbiose) et aux contraintes environnementales. NOS PRINCIPAUX MODELES sont les microalgues Phaeodactylum (diatom), Galdieria (rhodophyte), Phaeocystis (Haptophyte), Chlamydomonas (Chlorophyte) et la plante Arabidopsis.
NOTRE APPROCHE PRINCIPALE est la «physiologie de la prochaine génération» qui associe la photophysiologie à un métabolisme intégratif à différentes échelles, du niveau de la cellule au niveau de la protéine. Nous sommes une équipe multidisciplinaire avec des compétences complémentaires (biologie moléculaire, imagerie, biochimie, modélisation) et des parcours variés (écophysiologie, biologie cellulaire, biophysique, mathématiques).

L'équipe LPM appartient au CEA (Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives), au CNRS (Centre national de la recherche scientifique), à l'INRA (Institut national de la recherche agronomique) et à l'Université Grenoble Alpes. L’équipe LPM collabore avec de nombreuses équipes en France et à l’étranger.

Sujets de recherche


1. Acclimatation chromatique.
La lumière solaire est un substrat pour la photosynthèse, un signal de développement et une source d’énergie dangereuse pour les organismes vivants. Grace à la chlorophyte Chlamydomonas reinhardti, nous étudions le lien entre ces fonctions lumineuses, en se focalisant sur les réponses à la lumière UV-B par des approches génétiques, de biologie moléculaire, de biochimie, de bioinformatique et de biophysique.

2. Flux d'électrons photosynthétiques.
Les organismes photosynthétiques doivent adapter les flux d’énergie lumineuse aux besoins du cycle de Calvin Benson, en ajustant le taux de flux d’électrons. Nous testons l'hypothèse selon laquelle les flux d'ions (K+ et H+) remplissent ce rôle en modifiant la force motrice du proton (PMF), qui à son tour contrôle la conversion de l'énergie lumineuse, le flux d'électrons et la synthèse de l'ATP.

3. Interactions bioénergétiques.
Optimiser le ratio ATP / NADPH est indispensable pour l'assimilation du CO2 chez les plantes et le phytoplancton marin. Les plantes le font via des processus générant de l'ATP localisés dans les chloroplastes (flux d'électrons cycliques), tandis que les diatomées - membres du phytoplancton ayant un succès écologique - ont adopté des échanges d'énergie entre les plastides et les mitochondries. Ce mécanisme est-il un paradigme d'optimisation de la photosynthèse dans l'océan ? Nous essayons de répondre à ces questions par des approches d’écophysiologie et imagerie subcellulaire

4. Bases métaboliques des symbioses.
La photosymbiose entre hôtes unicellulaires et microalgues est courante dans l'océan - en particulier dans les eaux oligotrophes - mais mal caractérisée. En utilisant l’imagerie subcellulaire de pointe, nous répondons aux questions suivantes : Comment l’hôte hétérotrophe prend-il le contrôle de la cellule photosynthétique ? Quels sont les mécanismes structurels et métaboliques de ce contrôle ?

L'équipe Photosynthesis collabore avec de nombreuses équipes en France et à l'étranger
.



Thèmes de recherche de notre équipe (english Web site)


Financements et partenaires industriels (english Web site)


Mots-clés :
Photosynthèse, contrôle redox, signalisation, bioénergétique, biophysique, modélisation.


Offre d’emploi/offre de formation
Nous formons régulièrement des étudiants en biophysique, en biochimie (enzymologie, purification de protéines, interaction protéine-protéine), en biologie des algues, en génétique et en biologie moléculaire.


Stages de formation
Nous accueillons volontiers des étudiants pour des stages de Master 1 et 2.